XERFI CANAL TV
XERFI CANAL ÉCONOMIE
PRECEPTA STRATEGIQUES
XERFI BUSINESS TV
SUIVEZ-NOUS

Allemagne à la croissance qui flanche

Alexandre-Mirlicourtois-Allemagne-a-la-croissance-qui-flanche
3273Alexandre Mirlicourtois
08/03/201604:31

Xerfi Canal TV présente l'analyse d'Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi

 

L’Allemagne flanche. La croissance est faible, beaucoup plus faible que prévue ce qui pousse à réviser constamment les prévisions à la baisse.  Dernière en date, celle de l’OCDE qui misait il y a quelques semaines encore sur une progression de 1,8% du PIB pour 2016 et qui n’anticipe plus maintenant que 1,3%. Le gouvernement allemand a également raboté sa prévision de 0,1 point, à 1,7%, et le FMI a d’ores et déjà prévenu qu’il abaisserait sévèrement ses prévisions de croissance mondiale en avril prochain, l’Allemagne n’échappant pas au mouvement d’ensemble. Notre scénario à Xerfi s’inscrit dans le même mouvement avec une croissance estimée à 1,4%. Or, il ne s’agit pas à nos yeux d’un simple accident de parcours. L’analyse des fondamentaux de la croissance allemande montre que le mal est bien plus profond.

 

L’Allemagne, pays vieillissant vit aujourd’hui les vicissitudes d’un créancier dans un environnement de rendements en berne et de prix d’actifs de plus en plus instables. Bref, le pays, qui n’a de cesse de provisionner pour ses retraites, voit sa rente de plus en plus menacée. Pour mesurer l’ampleur du phénomène, il faut passer par la balance des transactions courantes.Cet indicateur décrit l’ensemble des flux monétaires liés aux échanges de biens, de services, aux transferts courants et au versement de revenus. Un excédent signifie dès lors que le pays dépense moins qu'il ne produit. Pour tenir compte de l’importance de l’économie, les données sont exprimées en pourcentage du PIB  A près de 8,5% du PIB nominal, l’excédent courant allemand était à son pic historique fin 2015. C’est même un record parmi les grandes économies. Il est clair que le pays est engagé dans une logique d’accumulation du patrimonial : la fameuse préférence allemande pour l’épargne !

 

Mais revers de la médaille, créancière du reste du monde, l’Allemagne est de fait exposée aux risques des autres. Risque financier d’abord : les banques allemandes ont subi de lourdes pertes sur les marchés américains lors de la crise des subprimes ou sur le marché immobilier espagnol, qui se complique maintenant d’un risque juridictionnel, lié aux procédures engagée par les clients. Risque de croissance aussi avec la panne du commerce mondial. Jusqu’en 2014, l’Allemagne avait été servie par l’histoire. L’émergence synchrone de grandes économies en voie d’industrialisation rapide très demandeuses de biens d’équipements comme la Chine ou le Brésil et l’ouverture de vastes marchés à la consommation avides du made in Germany comme la Russie poussaient les exports. Et peu importe la panne de la zone euro, car le jeu s’était déplacé ailleurs. Oui mais le jeu est cassé. Le Brésil et la Russie ont décroché et la Chine a brutalement atterri. La concurrence s’est aussi durcie avec les industriels japonais qui ont profité de la baisse du yen et les entreprises du Sud de l’Europe devenues plus compétitives avec l’écrasement de leurs coûts de production C’est un signe qui ne trompe pas : les volumes de marchandises exportés ont reculé de 1% au 4ème trimestre après s’être régulièrement affaiblis au fil des mois. Et faute de relais domestique, l’impact a été immédiat sur l’industrie dont la valeur ajoutée a décroché et coûté 0,3 point au PIB.

 

Or, l’Allemagne est encore très largement une puissance industrielle et aucun secteur ne peut réellement compenser les pertes. Surtout, que dans le sillage de l’industrie, toute une partie des services aux entreprises est peu à peu tirée vers le bas. Quant à la consommation, élément moteur de la croissance en 2015, la dynamique s’est rompue en fin d’année avec un moral en berne. Une crise de confiance qui peut surprendre avec un taux de chômage historiquement bas, mais qui s’explique en partie par les difficultés d’intégration du million de réfugiés. Bilan : les gains de pouvoir d’achat sont aujourd’hui largement épargnés, d’autant que le pays s’est engagé dans un programme de réduction des retraites publiques. La croissance allemande a nettement marqué le pas fin 2015 et le risque est celui d’un ralentissement accru. En clair, 1,4% de croissance en 2016 est devenue une hypothèse haute.

 

Alexandre Mirlicourtois, Allemagne à la croissance qui flanche, une vidéo Xerfi Canal TV


Mots clés : PIB, Allemagne, Commerce extérieur, Prévisions, Espagne

Imprimer

Les dernières émissions d'Alexandre Mirlicourtois

Les dernières émissions

Toutes les dernières émissions Xerfi Canal Économie

Abonnez-vous à la newsletter

OK

Les nouvelles émissions Xerfi Canal TV

Toutes les dernières émissions Xerfi Canal TV

Les incontournables

Twitter

Mots-clés

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal TV
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte XerfiCanal.
Email :
S'identifier
Merci.
Votre vidéo est transférée dans votre vidéothèque


Retour
Mon Xerfi Canal

LES INTERVENANTS

Alexandre Mirlicourtois Entreprises : le pire est derrière nous
Olivier Passet Echec sur le chômage, et après ?
Thierry Burger-Helmchen Les grands auteurs en management : de l'innovation à la créativité - version intégrale
Frédéric Fougerat Le manager idiot est-il un stratège ?
Philippe Gattet Les écoles de commerces en France -

LES EMISSIONS

Le capital investissement Damien Festor
Google, Amazon, Facebook : le triangle stratégique sur Internet Aurélien Duthoit
Royaume-Uni : croissance 2015 Alexandre Mirlicourtois
L’euro monnaie trop forte par trop de faiblesses Olivier Passet
Les cabinets de conseil en management face à la transition numérique Philippe Gattet

LIVRES / RAPPORTS / ETUDES

La fin du malheur français ?: Un nouveau devoir politique
Libérer la compétitivité : Comment parvenir au sommet... et y rester
Le marché de la domotique
L'industrie aéronautique et spatiale
Le marché de l'asset management en France