XERFI CANAL
ÉCONOMIE
STRATÉGIE & MANAGEMENT
XERFI BUSINESS

Bourses : pourquoi l'Europe ne peut pas rattraper les Etats-Unis

Olivier-Passet-OPA-Bourses-pourquoi-l-Europe-ne-peut-pas-rattraper-les-Etats-Unis
3745045Olivier Passet
27/09/201704:15

D’où vient l’écart considérable de valorisation entre les marchés d’actions américain et européen ? Il est difficile à mettre en rapport avec les fondamentaux de croissance ou de profitabilité. Pour en prendre la mesure, partons des évolutions des Bourses depuis leurs précédents sommets d’avant crise.


Côté US, le S&P 500 surplombe aujourd’hui ses précédents pics de près de 60%. Et les actions, malgré le gros aléa incarné par Trump, continuent à avoir le vent en poupe. Côté européen, l’euro stoxx n’a toujours pas retrouvé ses précédents sommets. Il est en retrait de 13 % par rapport à ses précédents records. Il y a certes des disparités intra-européennes : le CAC 40 colle à l’évolution moyenne de l’indice européen, tandis que le champion allemand surperforme en Europe. Mais même côté allemand, la performance fait pâle figure comparée à ce qui se passe de l’autre côté de l’Atlantique. Le Dax n’a dépassé que de 9% ses anciens sommets. Et si l’on se focalise sur l’autre indice phare américain, le Nasdaq, l’Europe parait bel et bien  décrochée.


La sur-représentation des valeurs technos dans l'indice américain fausse la comparaison


Faut-il y voir une bulle côté américain, un emballement infondé qui nous rapproche d’un nouvel accident financier ? Pas nécessairement. Car derrière l’emballement américain, il y a d’abord un effet de composition manifeste. Il suffit de regarder les dix premières capitalisations américaines pour comprendre que l’eurostoxx ou le S&P500 ne recouvrent pas la même économie, ni les mêmes structures productives. Dans les dix premières capitalisations il y a d’abord les GAFA : Apple Facebook, Amazon et Google (à travers sa holding Alphabet), qui à eux quatre représentent près de 20% de l’indice, avec un pouvoir de marché et de réseau considérable, des rendements croissants et des perspectives de croissance exceptionnelles. Apple à lui seul représente 3,6% de la capitalisation.


La performance moyenne du S&P 500 recouvre en fait des progressions d’indices très hétérogènes selon les secteurs. Au sommet de la performance, toujours depuis les pics d’avant crise, on trouve le e-commerce, les valeurs technologiques et la santé, boostée par les biotechnologies. Ces trois secteurs locomotives du S&P500 ont vu leurs cours plus que doubler depuis leurs précédents records. L’industrie évolue dans la moyenne du S&P500, tandis que la finances et l’énergie plombent l’indice, en retrait encore de plus de 10 % de leurs anciens records.


La comparaison par secteur réduit les écarts


Il faut tenir compte de cette hétérogénéité pour apprécier le retard européen. Si l’on prend quelques secteurs emblématiques, on voit que les écarts par secteur ne sont plus aussi manifestes que ne le suggère la moyenne. Les valeurs industrielles ont certes moins progressé de ce côté-là de l’Atlantique, mais elles surpassent nettement leurs anciens pics et leur moindre rebond peut s’expliquer par le contexte macro-économique peu porteur côté européen.


Les valeurs financières ont évolué de la même manière en Europe et aux Etats-Unis. L’énergie plombe l’indice en Europe comme aux Etats-Unis, et son décrochage plus marqué peut s’expliquer par les écarts de législation, notamment l’absence d’effet gaz de schiste.


Quant aux secteurs d’avenir, des technologies de l’information ou de la santé, le fait de les voir nettement moins briller dans la vieille Europe n’est pas un scoop. Nous n’avons ni les géants planétaires, ni les plateformes qui nous permettent aujourd’hui de capter ces marchés en forte croissance.

Ajoutons à cela la politique active de rachat d’actions des groupes américains, et l’écart de valorisation de part et d’autre de l’Atlantique n’est sûrement pas l’anomalie que suggère en première analyse l’évolution des indices. 

 

Olivier Passet, Bourses : pourquoi l'Europe ne peut pas rattraper les Etats-Unis, une vidéo Xerfi Canal Economie.


Mots clés : Economie mondiale, Banque, finance, assurance, Etats-Unis, Bourse, Europe

Imprimer

Ceux qui ont aimé ont aussi apprécié

Les dernières émissions d'Olivier Passet

Les dernières émissions

Toutes les dernières émissions Xerfi Canal Économie
Xerfi Canal autres chaînes

Abonnez-vous à la newsletter

Xerfi Canal

OK

Les nouvelles émissions Xerfi Canal

Toutes les dernières émissions Xerfi Canal

Les incontournables

Twitter

Mots-clés

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte XerfiCanal.
Email :
S'identifier
Merci.
Votre vidéo est transférée dans votre vidéothèque


Retour
Mon Xerfi Canal

LES INTERVENANTS

David Bessis Moteurs de big data : les atouts de la France
Damien Festor Les enjeux de la proximité sur le marché alimentaire
Jean-Michel Quatrepoint La faute originelle de François Hollande
Frank Benedic Low cost : des modèles de rupture
Ghislain Deslandes L'emploi est mort, vive le travail

LES EMISSIONS

Impôts en France : les américains doivent payer Jean-Michel Quatrepoint
Hadopi, je te hais… Tris Acatrinei
L’Union européenne est-elle naïve dans sa politique commerciale ? Sébastien Jean
QuelleEnergie.fr Antoine Chatelain
Repenser l'économie de la culture Nelly Fesseau

LIVRES / RAPPORTS / ETUDES

2012 : 100 jours pour défaire ou refaire la France
La transformation digitale de la distribution
Les clés de la puissance
Mobile Phone Groups - World
L'École de demain