XERFI CANAL
ÉCONOMIE
STRATÉGIE & MANAGEMENT
XERFI BUSINESS

Crise et déséquilibres des balances des paiements

Jean-Michel-Quatrepoint-Crise-et-desequilibres-des-balances-des-paiements
129Jean-Michel Quatrepoint
17/11/201105:45

Xerfi Canal a reçu Jean-Michel Quatrepoint, journaliste-essayiste :

L'euro n'est pas sauvé. Loin de là. Et la crise est bien devant nous. Sans doute parce que l'on ne veut pas  s'attaquer aux racines du problème . La crise, les crises, sont  la conséquence directe  des déséquilibres des balances des paiements au niveau mondial. Et à l'intérieur  de la zone euro. Il y a désormais deux grandes catégories d'État : ceux qui accumulent, année après année, des excédents de balance des paiements, et ceux qui additionnent des déficits. Les statistiques élaborées par la Banque mondiale et le FMI sont riches d'enseignement, surtout quand on les analyse sur une assez longue période- cinq ans -  de 2006 à 2010.

Premier constat - en cinq ans, les déséquilibres entre les grandes zones et à l'intérieur de certaines zones, atteignent des sommes pharaoniques. Le sud-est asiatique a accumulé plus de 2 900 milliards de dollars d'excédents, dont environ 1 700 pour la Chine et 875 pour le Japon. Ils proviennent, pour plus des deux tiers, des soldes commerciaux. Une performance d'autant plus remarquable que ces pays sont tous importateurs de matières premières, notamment énergétiques. Les autres champions de l'excédent sont précisément les pays pétroliers, qui ont accumulé, sur cinq ans, 1 700 milliards de dollars d'excédents, dont  700 pour ceux du Golfe.

Deuxième constat - Il ne suffit pas d'être un producteur de matières premières pour avoir des excédents. Surtout quand ces pays n'ont pas les bases industrielles nécessaires pour fabriquer localement.
Ainsi, le Brésil accuse  un déficit de 85 milliards de dollars, Idem pour le Canada l'Australie , l'Afrique du Sud .Tous ces pays sont inondés de produits asiatiques qui pénalisent leurs producteurs locaux. Tout comme l'Inde  et même la Turquie

Troisième constat - Les Etats-Unis sont les champions des déficits : 2 600 milliards de dollars sur cinq ans. Il continue de se creuser. À l'égard de la Chine, du sud-est asiatique, des pays pétroliers et aussi de l'Allemagne.
C'est la conséquence directe de la désindustrialisation américaine Si la reprise a avorté, si le chômage perdure, si la paupérisation gagne, c'est tout simplement parce que, depuis plus d'une décennie, les Etats-Unis dépensent plus qu'ils ne gagnent et que les hyper-profits de ses multinationales se sont, eux aussi, délocalisés. L'explosion de la dette publique américaine n'est que la traduction des déficits de la balance des paiements. Une dette largement financée par les excédents asiatiques et des pays pétroliers .

Et l'Europe ? Constatons d'abord qu'il y a deux Europe. Celle de l'euro et l'autre. Au sein de cette dernière, il y a un champion du déficit : le Royaume-Uni, prompt à sermonner les continentaux,  mais qui a accumulé sur cinq ans, 300 milliards de déficits de sa balance des paiements. Et ce, malgré la City. C'est dire que son modèle… n'en est pas un. Pourquoi alors le pays n'est-il pas sous la pression des marchés ? D'abord, parce qu'il laisse filer sa monnaie. Ensuite, parce que la Banque d'Angleterre fait fonctionner la planche à billets. Enfin, parce qu'il y a la City et qu'elle ne va pas se tirer une balle dans le pied. Elle préfère spéculer sur l'euro,  plutôt que sur la livre. Dans cette Europe des Dix, tous les ex-pays de l'Est sont déficitaires. Seuls la Suède (185 milliards) et le Danemark (49 milliards) ont enregistré, en cinq ans, des excédents.

Reste la zone euro. Prise globalement, elle n'aurait pas dû poser de problèmes. C'est du moins ce que nos élites, nous ont seriné depuis plus de quinze ans. Selon eux, les balances des paiements, à l'heure de la mondialisation et dans une même zone monétaire, n'avaient plus aucun sens. S'ils avaient été dans le vrai, il n'y aurait pas eu de crise de la dette souveraine. De fait, la zone euro est globalement équilibrée et même excédentaire . Mais, en son sein, ce ne sont que déséquilibres. D'un côté, il y a les excédentaires à commencer par l'Allemagne (1036 milliards de dollars sur cinq ans), et les Pays-Bas. La performance de ces derniers s'explique par le rôle de ses ports et la localisation des profits et des sièges sociaux d'un certain nombre de multinationales. De l'autre, il y a les déficitaires. En tête, l'Espagne avec 550 milliards de dollars, suivie par l'Italie la Grèce , et la France, qui a accumulé, ces cinq dernières années, 175 milliards de dollars de solde négatif de ses paiements courants. On remarquera que jusqu'en 2003, notre balance était excédentaire. C'est à partir de cette date que l'on bascule dans le rouge. Depuis, le trou ne cesse de se creuser.

On ne réglera pas la crise de l'euro tant que l'on n'aura pas résolu ces déséquilibres entre les balances des pays membres.  Et on ne sortira pas de la crise mondiale et de la dépression, tant que l'on n'aura pas rééquilibré les échanges entre les grandes zones excédentaires et les pays déficitaires.

Imprimer

Les dernières émissions de Jean-Michel Quatrepoint

Les dernières émissions

Toutes les dernières émissions Xerfi Canal Économie
Xerfi Canal autres chaînes

Abonnez-vous à la newsletter

Xerfi Canal

OK

Les nouvelles émissions Xerfi Canal

Toutes les dernières émissions Xerfi Canal

Les incontournables

Twitter

Mots-clés

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte XerfiCanal.
Email :
S'identifier
Merci.
Votre vidéo est transférée dans votre vidéothèque


Retour
Mon Xerfi Canal

LES INTERVENANTS

Damien Festor Le marché du voyage sur-mesure
Alain Bloch et Pierre Beretti Homo Numericus : la mutation du travail à l'ère numérique
Thomas Durand Qu’est-ce qu’un pivot stratégique ?
Philippe Zawieja Détecter le risque de BURN OUT
Alexandre Boulègue Déménagement : la migration de la valeur

LES EMISSIONS

Les industriels se font retailers et les retailers industriels ! Charles Richard
Le renouveau des réseaux de distribution physiques dans la banque et l’assurance Philippe Gattet
Investissement socialement responsable : est-il rentable d’être vertueux ? Nicolas Mottis
Distribution de biens d’occasion Alexandre Boulègue
L’industrie française peut-elle encore résister à l’Allemagne ? Francis Mer

LIVRES / RAPPORTS / ETUDES

Les cosmétiques bio et naturels
Femmes et dirigeantes : comment « s’éclater » dans sa carrière
La transformation digitale des banques et des assurances
Tobacco Groups - World
L'École de demain