XERFI CANAL
ÉCONOMIE
STRATÉGIE & MANAGEMENT
XERFI BUSINESS

Des SCOP pour sauver l'emploi

Alexandre-Boulegue-Des-SCOP-pour-sauver-l-emploi
423Alexandre Boulègue
25/09/201203:19

Xerfi Canal présente l'analyse d'Alexandre Boulègue, directeur d'études Xerfi

Savez-vous quel est le point en commun entre le Chèque Déjeuner, le magazine Alternatives Economiques et le leader européen de la fibre optique Acome ? Et bien toutes ces entreprises sont des SCOP, des sociétés coopératives et participatives. Un statut très particulier qui a fait la Une cette été avec les affaires SeaFrance, Fralib ou Plysorol. Dans ces trois sociétés promises à la liquidation, les salariés se sont en effet battus pour reprendre leur entreprise sous forme de SCOP, une forme de société contrôlée par les salariés, avec une primauté des collaborateurs sur la détention du capital : dans une SCOP, un homme égal une voix. Mais attention. La médiatisation de ces affaires ne doit pas vous faire croire que ce modèle est réservé aux entreprises désespérées. Il existe en effet plus de 2 000 SCOP en France qui emploient 42 000 salariés. Et leur nombre augmente : +36% en 10 ans. Et sur la seule année 2011, pas moins de 200 nouvelles SCOP ont été créées. Un mouvement qui est encore plus développé en Europe du Sud : l’Italie en compte 41 500, l’Espagne 25 000. En France, certaines sont même de véritables success story. J’évoquais tout à l’heure Chèque Déjeuner. Et bien Chèque Déjeuner c’est 40 ans d’existence et aujourd’hui plus de 2 200 salariés. Je parlais également d’Acome. Acome c’est 80 ans d’histoire, 425 millions d’euros de chiffre d’affaires et une place de leader européen sur son marché. Pour vous convaincre de la pérennité de ce modèle d’entreprises, j’ajouterai un denier chiffre : celui du taux de survie à trois ans. Car oui, les SCOP sont plus pérennes que les sociétés classiques. 74% d’entre elles sont en effet encore en activité après 3 ans, contre 66% pour l’ensemble des entreprises françaises Les SCOP constituent donc, dans certains cas, une alternative crédible. Dans la pratique, le succès des SCOP tient beaucoup à l’implication accrue des salariés, à une gestion souvent plus rigoureuse et aux valeurs telles que la solidarité ou l’enracinement local. Prenons l’exemple des Aciéries de Ploërmel. Après 20 ans de pertes, cette entreprise bretonne a fini par déposer le bilan en 2004. La moitié des salariés ont alors accepté d’investir trois mois de salaires dans l’entreprise pour en faire une SCOP. Le salaire du PDG a été divisé par 2, l’encadrement réduit de 9 à 4 personnes et beaucoup de collaborateurs ont vu leurs taches s’élargir. Conséquences : des marges de manœuvre pour investir ont été dégagées, le taux d’absentéisme a été diviser par deux et l’entreprise a retrouvé le chemin de la rentabilité. A6 Mais attention. La renaissance des Aciéries de Ploërmel doit aussi beaucoup à la bonne conjoncture dans l’industrie ferroviaire et à la fidélité de leurs clients. Ce qui nous rappelle que quatre conditions sont indispensables à la réussite d’un projet : il faut bien sur un groupe dirigeant compétent, un savoir-faire, un modèle économique solide, mais aussi et surtout un marché viable. Autrement dit, si le modèle SCOP a souvent fait ses preuves, il ne peut en aucun cas être considéré une solution miracle dans les situations désespérées.

Alexandre Boulègue, Des SCOP pour sauver l'emploi, une vidéo Xerfi Canal



Mots clés : Stratégie d'entreprises

Imprimer

Ceux qui ont aimé ont aussi apprécié

Les dernières émissions d'Alexandre Boulègue

Les dernières émissions

Toutes les dernières émissions Xerfi Canal Économie
Xerfi Canal autres chaînes

Abonnez-vous à la newsletter

Xerfi Canal

OK

Les nouvelles émissions Xerfi Canal

Toutes les dernières émissions Xerfi Canal

Les incontournables

Twitter

Mots-clés

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte XerfiCanal.
Email :
S'identifier
Merci.
Votre vidéo est transférée dans votre vidéothèque


Retour
Mon Xerfi Canal

LES INTERVENANTS

Alexandre Mirlicourtois L'Europe amputée : EU - UK = how much ?
Etienne Madelin et Vincent Prolongeau Quand le dirigeant doit faire appel à un coach
Alexandre Boulègue Les réseaux mandataires dans l'immobilier
Alexandre Mirlicourtois Chute du baril : le contre-choc providentiel
Philippe Moati Consommations émergentes : les tendances de fond

LES EMISSIONS

L'audiovisuel face à la délinéarisation Julien Pillot
A quoi sert vraiment la recherche en management ? Michel Kalika
Les 7 réflexes impératifs pour manager dans l'incertitude Isabelle Barth
Stratégie : les entreprises préfèrent l'imitation à la performance Isabelle Huault
La chute du baril à 60 dollars, c'est possible ! Alexandre Mirlicourtois

LIVRES / RAPPORTS / ETUDES

La France d'après : Rebondir après la crise
Haute-couture et prêt-à-porter de luxe
Mettre les pervers echec et mat
Sauver les médias : Capitalisme, financement participatif et démocratie
Les groupes de protection sociale et les institutions de prévoyance : perspectives 2025